Perdre une Plume

Accueil | Avis de lectures | Challenges | Contact

vendredi 28 octobre 2016

Le bonheur est dans le pré (mais plus loin)

La pause qui s'impose, à la campagne humide et froide et qui, a priori, sera tout sauf reposante (nain oblige !)
Je m'en vais donc gaiement avaler en solo 530km de bitume pour gagner les contrées nordiques (ce qui est tout relatif à mon propre sud j'en conviens) pour m'aérer un peu la tête et la remplir un peu de jolis souvenirs espérons-le !

Je vous abandonne donc une petite semaine sans ordonnance ou mot d'excuse de ma maman, désolée !

jeudi 27 octobre 2016

Jouer avec la nature

Quel rapport le bébé entretient-il avec la nature ? Comment l'accompagner au quotidien dans ses découvertes, et favoriser les expériences positives, ludiques et sensorielles au contact direct de la nature ? Que vous souhaitiez transmettre une éducation à la nature, ou sensibiliser les générations futures au respect de l'environnement et au développement durable, cet ouvrage vous donne toutes les clés pour aborder la nature par le jeu et l'éveil avec les tout petits.

Le résumé dit l'essentiel "vous donne toutes les clés"... Attention donc à ne pas confondre cet ouvrage avec un catalogue d'ateliers ou de jeux, ce n'est pas le cas !

Il y a bel et bien des cas concrets et quelques idées d'activités à réaliser avec son tout-petit mais ce n'est pas là le cœur de cet ouvrage.
Jouer avec la nature nous permet de ré-aborder la nature sous l'angle d'un enfant avec tout ce qu'elle a à offrir pour eux, comment la redécouvrir avec eux... Je dirai presque que c'est plus une philosophie qu'autre chose : replacer l'enfant au centre de la nature pour qu'il puisse y prendre sa place en toute conscience.
Alors bon, dis comme ça je me rends bien compte que ça fait bobo-intello-gauchiste à mort mais ce n'est pas l'idée non plus ! J'ai personnellement grandi à la campagne : passée des après-midi à cueillir des fleurs ou des champignons, à courir après les poules, à sauter dans des flaques d'eau, à aider au potager... et c'est une expérience importante à mes yeux que je veux transmettre à mes enfants.

En ce sens ce livre est juste parfait pour ça pour m'accompagner dans cette démarche, il m'a notamment permis de me rendre compte que je pouvais commencer dès maintenant alors que je l'envisageais seulement pour plus tard : débuter par la sensibilisation avant l'éducation.

Concernant la lecture en elle-même c'est parfois un peu lourd, j'ai pris le parti de lire un chapitre de-ci de-là au lieu d'une lecture continue qui aurait pu être un peu indigeste.
L'ouvrage mériterait d'être un peu modernisé au niveau des illustrations (honnêtement j'ai eu l'impression de retourner à l'école primaire des années 90), et je me répète les ateliers annoncés ne doivent être perçus que comme des "bonus", si vous n'achetez le livre que pour ça vous allez forcément être déçu !

Merci à Babelio et aux éditions Dunod pour cette lecture.




Elise Mareuil, Jouer avec la nature - 70 ateliers d'éveil pour le tout-petit

tous les livres sur Babelio.com

mercredi 26 octobre 2016

Madame Nana

J'étais là.

Je peux à peine dire mieux que ça : j'étais là.

Pas dans les meilleures conditions et je suis inexcusable pour ça ma Nana. Sache juste que j'ai fait au mieux et que si ça n'avait pas été toi je serai restée sous la couette, en boule avec mes médocs à portée de main...
Pour autant le sourire était là et pas factice.
J'étais là, ça m'a coûté, mais j'ai fait au mieux.

J'étais là sans mon appareil photo et je me flagellerai à vie pour ça ! Tu m'as demandé si peu et je n'ai même pas assuré...
Acte manqué ? J'avais pourtant tout listé, préparé, re-vérifié... Ce qui ne m'a pas empêché de me vautrer, je déteste ça.
J'étais là et les mains vides.

J'étais là et je t'ai vu rayonner. Si pleine de joie, émue un peu parfois, heureuse de voir chacun...
J'étais là et te regarder m'a fait un bien fou.

J'étais là déjà quand tu étais à la croisée des chemins et que tu as pris celui menant vers lui.
Inquiète mais de ton côté quoiqu'il arrive.
J'étais là et j'ai découvert ton homme, celui que tu as choisi envers et contre tout, tous ?
Je vous ai bien observé et c'est d'une évidence !
J'étais là et j'ai compris.

J'étais là et j'étais, suis, serai témoin.
Mes excuses encore d'avoir mal appréhendé l'ambiance, tes attentes et le côté festif, de ne pas avoir "osé", peur de mal faire, trop ou trop peu : je me suis figée.
Au-delà du moment et pour toute votre vie de couple, je prends ma mission au sérieux : je serai là.

J'étais là et j'ai gardé mes mots pour moi (ce que tu n'as pas manqué de me reprocher, à raison).
Il me faut du temps parfois pour les digérer, les poser, là comme il faut, pas juste un truc "bateau" ou quelque chose qui sonne faux.
J'ai réfléchi depuis comme tu le vois, et tu sais quoi ? Je ne vous souhaite rien du tout, vous avez déjà tout ce qu'il faut... Continuez juste à cultiver ce "vous" et il vous portera longtemps j'en suis certaine...

J'étais là, à chaque fois et il ne pouvait en être autrement



Et pour la première fois : bon anniversaire Madame Nana !

lundi 17 octobre 2016

Témoin

Cette semaine sera marquée par un enterrement et un mariage, étrange combinaison...

L'enterrement de cet après-midi touche une amie proche, je n'y vais qu'en soutien, témoin de son deuil et sa peine.
Je déteste ça, quand mes mots, ma seule arme au quotidien, deviennent vains et me font défaut.
A part "être là", me tenir à côté de la petite fille au fond d'elle qui perd son papa...


Le mariage de ce week-end, celui de mon double, de ma belle Nana. Là encore témoin, comme depuis tant d'années !
Et je ne me leurre pas, ce mariage me fait mal à l'âme quelque part... Je me doute qu'elle a vécu la même chose il y a quelques temps elle aussi , mais je ne le comprend que maintenant.
Ce n'est pas triste un mariage, je ne dis pas ça, je suis très heureuse pour elle mais je la perd aussi un peu en un sens. Comme un père qui offre sa fille, à la fois heureux pour son bonheur et une petite mort à l'intérieur.


Je sais gérer mes émotions, plus difficilement celles de mes proches et je déteste ça.

vendredi 14 octobre 2016

Des millions de livres et moi, et moi, et moi...

Je prends le temps de prendre un peu de hauteur depuis quelques temps, surtout ici et j'ai repassé tout mon historique au peigne fin.
Les lieux ont changé, plusieurs fois ; nom de domaine, design... Et son contenu surtout a évolué.

Si je fais le point là de suite, je ne suis pas sûre que ce que cet espace est devenu me plaise : de page personnelle faite d'humeur, de tranches de vie et d'écrits on est passé au blog littéraire pur et dur. J'ai le sentiment de m'être noyée sous mes livres et de m'être un peu fourvoyée en chemin ! Mon espace de liberté me manque.

C'est de ma faute, chroniquer un livre c'est tellement plus facile que de livrer quelque chose qui vient de moi...
C'est décidé, Je me réapproprie l'endroit et c'est comme une nouvelle rencontre, je suis à la fois excitée et un peu anxieuse :)

Les livres auront toujours leur place, nous sommes inséparables eux et moi et ils ont toujours été présents ici, mais ils n'auront plus le monopole.
Plume est de retour, après 3 ans de mise en veille, attachez vos ceintures !

lundi 26 septembre 2016

Divergente : Quatre

Nous sommes quelques années avant que Tris ne vienne bouleverser le système des factions. Lors de la cérémonie du Choix, un jeune Altruiste se dresse contre sa famille et choisit de quitter sa faction pour rejoindre celle des Audacieux. Il abandonne son prénom, Tobias, et devient Quatre. Une nouvelle vie s'offre à lui, faite de liberté, mais aussi de dangers. Car ce qu'il découvre chez les Audacieux est propre à mettre en péril son avenir, et celui de la ville tout entière.

Deux ans plus tard, Quatre est en charge de l'initiation des novices. La première à relever le défi, la première à se jeter dans le vide, est une jeune Altruiste ; elle se prénomme Tris et pourrait bien être celle qui va changer sa vie…

Un tome spin-off raconté du point de vue de Quatre, le héros masculin de DIVERGENTE, qui commence avant les événement du tome 1 jusqu'à sa rencontre avec Tris.

Ce n'est pas un secret j'ai adoré et dévoré cette saga (avec un petit coup de mou sur le deuxième tome je le reconnais) au moment de sa sortie. Je suis un peu moins fan de films et ce HS a donc été l'occasion de se replonger dans l'univers d'origine façon Veronica Roth et non pas façon hollywoodienne.

Je ressors ravie de cette lecture, quoiqu'un peu brève.
Si on connait l'historique de Quatre et qu'on a une idée de la vie de Tobias, là on est en plein dedans et c'est agréable de découvrir le cheminement qui en a fait le Quatre qu'on connait dans la saga Divergente.
La partie concernant sa propre formation chez les Audacieux et surtout la mise en place de la dualité avec Eric et de quelle manière celui-ci a finalement accédé aux cercles des leaders de la faction... Bref c'est clairement en lien avec la saga, les nouvelles enrichissent même agréablement celle-ci sur tout le back-ground avant l'entrée en scène de Tris tout en permettant de découvrir un Quatre bien différent mais plus intime, en construction.

On termine avec un petit bonus pour les fans, des scènes de la saga depuis le point de vue Quatre.
C'est surtout cette part là que j'attendais en bonne fan mais ce n'est finalement pas celle que je retiendrais le plus. Ce fut un plaisir évident de revivre ces moments et surtout depuis les yeux de Quatre mais j'ai trouvé ça moins enrichissant que les nouvelles sur la jeunesse de Quatre.

En résumé c'est un très bon HS que nous offre Roth, si vous avez aimé la saga n'hésitez pas, vraiment.



Veronica Roth, Divergente raconté par QUATRE

***Du même auteur***
Divergente :
Tome 1 : Divergente
Tome 2 : Insurgés
Tome 3 : Allégeance

vendredi 23 septembre 2016

La Conspiration, Tome 1

À bientôt dix-sept ans, Avery n’a jamais vraiment eu d’amis, et encore moins de petit ami. Difficile de blâmer sa mère, la seule famille qu’elle ait, et les perpétuels déménagements que son travail dans l’armée lui impose…
Mais l’arrivée au lycée de deux nouveaux, Jack et Stellan, va bouleverser la vie d’Avery en un temps record : elle désobéit à sa mère et se rend sur l’invitation de Jack au bal de promotion, où Stellan et lui la convainquent de venir avec eux à… Istanbul.
Ce voyage en Europe va la mener de révélation en révélation, la première étant que sa mère n’est pas sa seule famille, loin de là. Les yeux violets d’Avery la désignent en effet comme apparentée au Cercle des Douze, une puissante société secrète descendant des douze généraux d’Alexandre le Grand. Elle serait même l’Élue d’une prophétie dont la réalisation pourrait bien faire basculer le monde dans le chaos…
De Sainte-Sophie au musée du Louvre, en passant par la boutique Prada de l’avenue Montaigne, Avery, chaperonnée par Jack et Stellan, va jouer au jeu de l’amour et de la mort dans l’univers strass et paillettes d’une jet-set aux racines millénaires et qui ne reculera devant rien pour parvenir à ses fins.

Un quatrième de couv' alléchant, intrigue et aventure au rendez-vous !

Au final nous sommes clairement sur un tome de mise en place, il y a de l'action mais on sent encore certains contours flous et des points qui vont s'affiner avec le développement de l'intrigue.
Je ne suis pas une grande fan de l'univers conspirationniste, je n'ai jamais vraiment accroché avec Dan Brown (j'ai tenté comme tout le monde ou presque Le Da Vinci Code), et pourtant j'ai pris plaisir avec ce premier tome.

Les personnages (principalement Avery et Jack) sont attachants, j'attends là aussi de les voir évoluer et prendre un peu d'épaisseur par la suite, surtout Avery que j'ai trouvé touchante mais un peu superficiellement naïve parfois.

Je ne mets donc que 3 étoiles pour ce premier tome, il n'est pour moi qu'une base de lancement pour l'intrigue et j'attends donc beaucoup du prochain tome. Je reconnais aussi que j'aurai davantage apprécié un premier tome plus solide et qui nous laisse un peu moins dans le flou...

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.



Maggie Hall, La Conspiration T. 1

vendredi 16 septembre 2016

[BD]Les vieux fourneaux, tome 3 : Celui qui part

Après deux albums en 2014, voici le troisième tome, très attendu, des Vieux Fourneaux ! Lupano et Cauuet se penchent cette fois sur le cas de Mimile, qui a passé sa vie à bourlinguer dans le Pacifique, entre bourre-pifs, rugby et amitiés au long court. Pirate un jour, pirate toujours ! En parallèle: Pierrot et son collectif "Ni Yeux Ni Maître" jouent les abeilles tueuses, et Sophie apprend qu'à la campagne, on ne prend pas ses œufs de poule chez les vieilles chouettes. Bref, les "vieux fourneaux" sont de retour, pétant la forme !

Le retour des papys de la bédé !

Je suis vraiment fan de cette saga et les deux premiers tomes ont été de véritables coups de cœur, ce troisième opus s'est fait attendre et pas pour le mieux, je l'ai trouvé un peu en deçà des deux précédents.
J'ai pris plaisir à retrouver Mimile, Pierrot et les autres (et puis le petit clin d’œil à la boulangerie du premier tome m'a vraiment fait rire), l'ambiance est toujours là mais j'ai trouvé le scénario de ce tome un peu moins prenant et les répliques un peu moins percutantes.

Alors oui rassurez-vous c'est toujours aussi déjanté et je me suis tout de même régalé, juste un peu moins que ce a quoi cette saga m'avait habitué.
Il s'avère d'ailleurs que celle-ci n'est pas une trilogie, on aura donc d'autres tomes (youhou !!), espérons donc que ce n'est qu'un petit coup de mou !

Et puis un petit extrait pour la route ! :
- Il a un truc en travers de la gargagnole, ton paternel. Quelque chose qui s'est passé. Quand il était petiot, c'était un amour, et puis, à l'adolescence, c'est devenu une sorte d'Attila en baskets.
- Mamie m'a raconté un peu. Mais elle m'a pas dit pourquoi il avait changé.
- Mais parce que personne ne sait ! Après, quand il a eu 17 ans, il nous a traités de "vieux cons de gauchos préhistoriques", ton grand-père et moi, ce qui a mis un terme à nos rapports.
- Aïe.
- Ouais. Qu'il dise ça à ton grand-père, passe encore : c'est vraiment un vieux con de gaucho préhistorique ! Mais à moi, qui ai une pensée politique beaucoup plus fine, franchement, c'est exagéré, non ?



Wilfrid Lupano, Les vieux fourneaux, tome 3 : Celui qui part

***Du même auteur***
Les vieux fourneaux :
Tome 1 : Ceux qui restent
Tome 2 : Bonny and Pierrot

jeudi 15 septembre 2016

Beaucoup de beaux bébés

Des bébés
Beaucoup de beaux bébés
A regarder page après page
Pour arriver enfin à celui
Que tu connais le mieux...

Un imagier non pas dessiné mais photographié !

Et qui allie esthétique et pédagogie, qui dit mieux ?
Sérieusement c'est un plaisir de parcourir ce livre avec son enfant, les photos sont magnifiques, toutes en noir et blanc : bébé qui pleure, bébé qui dort, les pieds de bébé... pour finir sur un miroir qui fait du petit lecteur la dernière représentation bébé du livre (ce qui ici l'amuse beaucoup) !
Jusqu'à présent c'est le seul imagier "expression" que j'ai croisé en rayon premier âge, le premier photographié également ; une petite pépite...

Le livre a été réédité en cartonné de manière à survivre aux petites mains malhabiles, je vous conseille vivement ce format !



David Ellwand, Beaucoup de beaux bébés

mercredi 14 septembre 2016

Bertrand et Lola

Pourquoi Lola a-t-elle sonné à cette porte ? Pourquoi Bertrand a-t-il ouvert ? Comment peut-on tomber amoureux en dix secondes ?
Durant quelques heures d'un bonheur insoupçonné, Bertrand et Lola vont s'aimer et tout oublier. Lui, qu'il est photographe, épris de liberté. Elle, qu'elle est hôtesse de l'air, sur le point de se marier. Pourtant, ensemble, ils prennent la plus sage et la pire des décisions : poursuivre leur chemin et leurs carrières respectives.
Mais quand on est envahi par un si grand amour, tout devient plus fort, l'absence, le manque, l'attente, le besoin, le remords. Piégés dans leur propre vie, comment Bertrand et Lola pourront-ils se libérer ?

J'avais entendu grand bien de ce roman et gardant un bon souvenir de Barbérat avec ma précédente lecture je me suis lancée !

Au final si ça se laisse lire c'est tout de même sans plus et à mes yeux bien loin de l'excellent L'instant précis où les destins s'entremêlent.
Je n'ai pas de reproches précis à faire à ce roman, il ne m'a juste pas emportée comme je l'aurai aimé et je ne pense pas que j'en garderai souvenir très longtemps.

Les deux personnages sont intéressants et leur amour particulier -entre culpabilité et désir - aurait pu être bien plus prenant si la trame de fond n'était pas tant cousue de fil blanc... C'est lent et sans surprise !

Heureusement que ça reste bien écrit et que le personnage de Lola est particulièrement réussi sinon ça aurait été un vrai fiasco pour moi...



Angélique Barbérat, Bertrand et Lola

***Du même auteur***
L'instant précis où les destins s'entremêlent

- page 1 de 119