Perdre une Plume

Accueil | Avis de lectures | Challenges | Contact

mardi 25 juillet 2017

[Saga]Felicity Atcock

"Je ne sais pas exactement comment ça a commencé, et je ne sais pas non plus de quelle manière tout cela va finir. Quoi qu’il en soit, celui qui fera en sorte que les jeunes vampires arrêtent de s’enterrer dans mon jardin, sera mon héros. Et si en plus il est beau, riche et intelligent, je ne me plaindrai pas ! Je veux retrouver ma vie d’avant, tranquille et… ennuyeuse à mourir."

Sauf qu’en voulant éloigner les ennuis, il arrive qu’on en attire d’autres… à plumes.

Je garde un très bon souvenir de ma dernière lecture de Sophie Jomain, c'est léger, drôle et ça se dévore comme une vraie friandise !
Quand j'ai découvert qu'elle avait aussi des tendances fantastiques il fallait que je vois ce que ça donne ; la plus connue Les Etoiles de Nosshead me semblait (peut-être à tort) un peu trop sérieuse à mon goût, je me suis donc tournée vers Felicity Atcock qui sur le moment semblait mieux s'accorder à mon envie de lecture estivale.

Et je peux vous dire que le sixième sens des bookaddicted a parfois du bon, je me suis juste régalée ! Le premier tome demande une petite phase d'adaptation (l'univers urban fantasy, l'écriture très orale et ce personnage féminin atypique surtout) mais on est vite pris dans les mailles du filet et j'ai echainé les 6 tomes + le HS à vitesse grand V.

Dans le détail pas de grandes innovations dans cette saga, à peu près tout ce qu'elle contient comme ressort de suspens et éléments fantastiques a déjà été exploité ailleurs (personnage féminin au caractère bien trempé, vampire, ange, démon, loup-garou, trio amoureux...) mais la recette de Jomain est spéciale : elle a l'art de prendre le meilleur et de l'assembler pour en faire quelque chose de spéciale et de nouveau. Le tout sans se prendre au sérieux, c'est rafraichissant !

Les fans de Charley Davidson notamment trouveront leur plaisir avec Felicity à n'en pas douter !

En résumé une saga romantico-fantastique légère et drôle à souhait, parfaite pour l'été :)



Sophie Jomain,Felicity Atcock, Tome 1 : Les anges mordent aussi

***Du même auteur***

vendredi 21 juillet 2017

Bye

Encore un bout de jeunesse qui s'envole...

#MoodOfTheDay

mercredi 19 juillet 2017

Et toi, combien tu t'aimes ?

Je ne serai probablement pas un vrai blog de fille sans le traditionnel "billet summer body" alors cette année je me lance...

(oui tu peux avoir un peu peur, j'ai mis "blog de fille" dans ma première phrase quoi !)

J'ai la chance d'habiter en bord de mer, d'en profiter et de l'aimer en toute saison, de passer un peu plus de 3 mois de l'année en tenues légères et maillots de bain et de voir débarquer des files de voiture aux immat variées avec des gens tout blancs ou tout rouges dedans, la bouée du gosse sur la plage arrière ou les VTT accrochés derrière.
La plage elle aussi se remplit, se colore, se parfume au monoï, s'emplit de bruit et de "Enzo ! ne mange pas le sable !!"

C'est aussi la période où on se regarde d'un peu plus près le nombril, à la loupe justement, la traque au poil de trop et au bourrelet dérangeant : aucune grâce dans nos propres yeux pour nos petits défauts réels ou imaginaires. Je vois et j'entends même des gens qui ne se supportent plus, se privent de plage, de maillots, restent en tee-shirt, la peur du regard de l'autre... Et je trouve ça tellement dommage, parce que ce n'est au final qu'un problème de regard sur soi.

Sans mentir, à la plage, chacun est tellement concentré sur son propre nombril, la surveillance de ses gosses ou à cuver de la veille que personne ne vous regardera vraiment. D'expérience il y a quelques mateurs, oui : des vieux qui s'ennuient surtout et qui ont été trainés là de force par mamie-peau-de-pruneau et qui vous trouveront appétissant(e)s dans tous les cas, des petit(e)s jeunes qui fantasment quand ils daignent lever les yeux de leurs iphones et quelques con(ne)s frustré(e)s... Bref tout un tas de gens qui s'en foutent pour la majorité et que vous ne reverrez jamais de toute façon.

Mais gardons deux secondes le but en tête, pourquoi vous allez à la plage ? Quelque soit la réponse à priori c'est soit pour ses proches soit pour soi-même, pas pour les vagues d'inconnus qui vont déferler pendant l'été sur la même plage. Et en tous les cas, on n'est jamais aussi belle que quand on s'assume, la liberté, l'affirmation de soi et la confiance ça donnent une aura capable d'effacer le petit bourrelet en trop (si, si je te jure).

Dans la plupart des cas, ce qui attirera l'attention des autres c'est l'irrespect, une attention irritée qui plus est (du genre ton enceinte Bose avec volume au max qui passe ta musique de merde tu la remballes merci bien, on ne laisse pas ses déchets sur la plage, si c'est interdit aux chiens bah c'est interdit aux chiens t'es con ou t'es con ?, ça fait 4 fois que ton parasol s'envole et manque de tuer quelqu'un si tu ne veux pas finir dans la rubrique faits divers tu le plies tu seras gentil, arrête de crier en permanence sur ton gosse : soit tu le laisses un peu vivre ça nus feras des vacances soit vous vous barrez de là, on ne baise pas sur la plage oui je sais c'est dommage mais il y a des enfants autour là tu vois...)

Et puis la prochaine fois que tu seras sur la plage, regarde le bien le mec qui a gardé son tee-shirt là bas assis sur sa serviette si ça se trouve c'est le meilleur papa du monde, celle-là peut-être la personne la plus tendre sur cette terre, celui-là encore peut-être le meilleur coup que tu n'auras jamais... Imagine un peu, si tout le monde faisait pareil ?

En résumé, parce que ce billet devient bien trop long, je ne t'apprends rien : la vie est courte, bien trop courte pour ne pas profiter des petits plaisirs de la vie et se focaliser sur des détails qui ne sont bloquants que dans nos têtes.
Un dernier petit mot pour te rassurer : je vais à la plage, souvent, et je ne te vois pas. Vraiment, je n'ai pas le temps de te détailler ou de regarder si toi tu me détailles, je suis entrain de savourer l'instant...

lundi 17 juillet 2017

Alerte : Matière grise à nouveau disponible

... pour quelques temps du moins.

Je ne suis pas en vacances mais tout comme, quand on considère qu'aller bosser est au final moins fatiguant que gérer un nain de 2 ans et des poussières :) Bref, il est en vacances avec son père ! (et là c'est le moment où je te mets "Libérée, délivrée" dans la tête).

(De rien.)

La vraie question, celle qui fait un peu peur, c'est qu'au fond en sortant la tête de l'eau au dessus de cette suractivité permanente ai-je vraiment envie d'avoir ce temps de penser pour moi ?
Ouais, c'est zarb. Je sais.
Mais je pense que toutes les mamans débordées / working mums / mères épuisées appelez ça comme vous voulez, ont un peu cette peur au fond d'elle. Sans ça, on sert à quoi ?

Mais à ALLER AU SPA bordayl ! A la plage sans bouffer du sable, à profiter des toilettes toute seule et pareil pour la douche, à picoler et se coucher bourrée, à faire la grasse mat (ah non merde je bosse), à manger des chips et de la glace au diner, à dire des gros mots, à aller au ciné, à pouvoir lire 3 pages d'affilée sans interruption, à écouter le silence comme c'est bon, à ne pas se cacher pour manger les schokobons...

En résumé, je me suis posée la question à peu près 1min30.

Matière grise à niveau disponible pour destruction programmée :)

mardi 21 février 2017

La Sirène

Kahlen est une Sirène, vouée à servir son maître l'Océan en poussant les humains à la noyade. Pour cela, elle possède une voix fatale à qui a le malheur de l'entendre. Akinli, lui, est un beau et gentil jeune homme, qui incarne tout ce dont Kahlen a toujours rêvé. Tomber amoureux a beau leur faire courir un grave danger à tous les deux, Kahlen ne parvient pas à garder ses distances. Est-elle prête à tout risquer pour écouter son cœur ?

Une revisite du mythe de la sirène par Kiera Cass ?? Je signe où ??
C'est donc sans hésitation que je me suis lancée dans ce premier tome, j'avais juste adoré sa trilogie La Sélection parue dans la même collection !

Au final qu'en dire... J'ai aimé mais pas autant que ce que j'espérais !
La revisite est réussie, elle aborde le thème avec sa propre empreinte et c'est très plaisant (je ne vous en dis pas trop pour ne pas vous gâcher la découverte toutefois).
Kahleen est un personnage attachant quoique mélancolique et hésitante.
Pour moi l'ensemble pèche un peu plus par le rythme et le peu de surprise dans l'intrigue de fond ; c'est assez lent et quasiment tout est dit sur le quatrième de couverture...

C'est donc un bilan positif mais mitigé. Le roman se lit bien et on passe un bon moment, la revisite de Kiera Cass est réussie mais on pouvait s'attendre encore à davantage venant de sa plume !

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.



Kiera Cass, La Sirène

***Du même auteur***
La Sélection
L'Elite
L'Elue

vendredi 27 janvier 2017

Drive & Alive

J'assume mon côté James Dean, cette obsession à devoir se sentir vivant qui ne passe pas malgré les années...
Sans être à la recherche permanente de sensations fortes, c'est plutôt une quête de moments, une collection d'instants et de sensations...

Je crois que c'est pour ça que j'aime autant conduire. C'est cliché sûrement mais voilà, j'adore ça : rouler, les km qui défilent et les 130CH sous l'escarpin... Ça ne me rend pas puissante, ça me fait me sentir vivante, une concentration qui vide l'esprit de tout autre chose et ça fait un bien fou.
Voilà donc un "moment" : A75 Béziers-Millau circulation quasi inexistante, des boucles, des virages et de grands espaces, Hotel California en bande-son. De quoi me rebooster pour plusieurs jours !

Un autre, plus récent : s'autoriser à fêter une date particulière toute seule et savourer :

... A se demander finalement, si se sentir vivant, quelque que soit la forme que chacun lui donne, ce n'est pas juste faire vraiment quelque chose pour soi et soi-même uniquement...

mardi 24 janvier 2017

Major Tom

Parce que c'est l'humeur du jour, voilà...

lundi 19 décembre 2016

L'Oeuf de dragon

Quatre-vingt-dix ans avant les péripéties du "Trône de Fer", Aegon, de la lignée royale, surnommé l'Œuf, court les routes incognito comme écuyer d'un chevalier errant, Dunk. Au hasard des chemins, le duo se voit convié par le fringant Jehan le Ménétrier à participer à un tournoi richement doté qui sera le clou des noces de lord Beurpuits. Au champion ira le grand prix, un inestimable œuf de dragon. Mais il apparaît bientôt que les noces et le tournoi sont un nid d'intrigues et d'ambitions, petites et grandes, et qu'une prophétie annonce de grands événements.

De fait, après la rébellion, les partisans de Deamon Feunoyr, qui a chassé quelques années plus tôt la fine fleur des chevaliers en exil de l'autre côté de la mer, fomentent une nouvelle conspiration. Certains souhaitent déposer le souverain légitime pour installer leur propre prétendant. À leur corps défendant, Dunk et l'Œuf se retrouvent au cœur du complot.

Un petit retour au Trône de fer qui fait du bien, il y a un moment maintenant que j'ai terminé l'Intégrale 5 (et oui j'ai du retard dans mes chroniques !) et il faut maintenant patienter pour le 6 !
Il y a aussi quelque chose de plaisant à se plonger dans ce petit HS (qui se situe en préquelle) c'est son volume ! Comparé aux pavés que sont les intégrales et dont on sait qu'ils nous tiendront compagnie un certain temps, celui-ci se lit en une après-midi comme une petite pause dans l'univers de Martin.

Ce sera aussi malheureusement son défaut au final, il a un goût de trop peu et on en demanderai bien un peu plus ! L'intrigue de tome est bouclée, c'est juste qu'une fois tombé dedans on prolongerait bien un peu le plaisir :)

J'ai découvert ce monde préquel avec ce tome, il y en a deux autres (j'aurais donc droit à une autre petite "pause") que je n'ai pas lu avant celui-là. j'imagine que si c'était le cas j'aurai eu d'autres éléments de lecture mais à vrai dire je n'ai pas senti de gêne ou de manque pour cette lecture.

Je tombe donc dans le Westeros des Targaryens et ce fut une belle découverte ! J'ai déjà quelques lectures derrière moi mais je ne maîtrise pas toutes les généalogies par cœur pour autant ce qui ne m'a pas empêché de tout de même plus ou moins m'y retrouvée.
J'ai vraiment apprécié le duo Dunk / l'Oeuf, il est bien équilibré et on sent un vrai lien entre les deux personnages. La plume de Martin également qui nous plonge dans ce mariage médiéval comme s'y on y était !

Je ne peux donc que vous recommander ce HS si vous êtes déjà fan de la saga pour prolonger un peu le plaisir. A mon avis c'est même une bonne approche pour les fans de la série TV qui seraient rebutés par l'ampleur des œuvres intégrales, ce format court est plus accessible même si il peut avoir un goût de trop peu pour les lecteurs du Trône de Fer.

Merci à Babelio et aux éditions J'ai Lu pour cette lecture.




George.R.R Martin, L'oeuf de dragon

***Du même auteur***
Le Trône de Fer :
Intégrale 1
Intégrale 2
Intégrale 3

vendredi 28 octobre 2016

Le bonheur est dans le pré (mais plus loin)

La pause qui s'impose, à la campagne humide et froide et qui, a priori, sera tout sauf reposante (nain oblige !)
Je m'en vais donc gaiement avaler en solo 530km de bitume pour gagner les contrées nordiques (ce qui est tout relatif à mon propre sud j'en conviens) pour m'aérer un peu la tête et la remplir un peu de jolis souvenirs espérons-le !

Je vous abandonne donc une petite semaine sans ordonnance ou mot d'excuse de ma maman, désolée !

jeudi 27 octobre 2016

Jouer avec la nature

Quel rapport le bébé entretient-il avec la nature ? Comment l'accompagner au quotidien dans ses découvertes, et favoriser les expériences positives, ludiques et sensorielles au contact direct de la nature ? Que vous souhaitiez transmettre une éducation à la nature, ou sensibiliser les générations futures au respect de l'environnement et au développement durable, cet ouvrage vous donne toutes les clés pour aborder la nature par le jeu et l'éveil avec les tout petits.

Le résumé dit l'essentiel "vous donne toutes les clés"... Attention donc à ne pas confondre cet ouvrage avec un catalogue d'ateliers ou de jeux, ce n'est pas le cas !

Il y a bel et bien des cas concrets et quelques idées d'activités à réaliser avec son tout-petit mais ce n'est pas là le cœur de cet ouvrage.
Jouer avec la nature nous permet de ré-aborder la nature sous l'angle d'un enfant avec tout ce qu'elle a à offrir pour eux, comment la redécouvrir avec eux... Je dirai presque que c'est plus une philosophie qu'autre chose : replacer l'enfant au centre de la nature pour qu'il puisse y prendre sa place en toute conscience.
Alors bon, dis comme ça je me rends bien compte que ça fait bobo-intello-gauchiste à mort mais ce n'est pas l'idée non plus ! J'ai personnellement grandi à la campagne : passée des après-midi à cueillir des fleurs ou des champignons, à courir après les poules, à sauter dans des flaques d'eau, à aider au potager... et c'est une expérience importante à mes yeux que je veux transmettre à mes enfants.

En ce sens ce livre est juste parfait pour ça pour m'accompagner dans cette démarche, il m'a notamment permis de me rendre compte que je pouvais commencer dès maintenant alors que je l'envisageais seulement pour plus tard : débuter par la sensibilisation avant l'éducation.

Concernant la lecture en elle-même c'est parfois un peu lourd, j'ai pris le parti de lire un chapitre de-ci de-là au lieu d'une lecture continue qui aurait pu être un peu indigeste.
L'ouvrage mériterait d'être un peu modernisé au niveau des illustrations (honnêtement j'ai eu l'impression de retourner à l'école primaire des années 90), et je me répète les ateliers annoncés ne doivent être perçus que comme des "bonus", si vous n'achetez le livre que pour ça vous allez forcément être déçu !

Merci à Babelio et aux éditions Dunod pour cette lecture.




Elise Mareuil, Jouer avec la nature - 70 ateliers d'éveil pour le tout-petit

tous les livres sur Babelio.com

- page 1 de 119